Nous avions vu qu’il existait 4 émotions de base : la peur, la colère, la tristesse et la joie. Aujourd’hui, nous allons voir ce qu’est la tristesse. Cette émotion est également liée à notre éducation et à nos expériences de vie. Que ce soit suite à un décès, la survenue d’un handicap, un échec, une rupture amoureuse… la tristesse est l’émotion de la douleur où nous nous retrouvons envahi par les sanglots.

La tristesse révèle un manque de nature affective : elle fait toujours référence à une chose qui s’est produite dans le passé et son rôle est de nous aider à prendre conscience d’une chose, d’une situation ou d’une personne que nous avons perdue ou qui nous manque.

A quoi sert la tristesse ?

La tristesse nous informe de l’importance ou de la présence d’un besoin affectif.

Elle est loin d’être inutile, elle nous sert de transition. Elle nous permet de commencer une nouvelle page : cette émotion nous aide à faire le deuil d’une situation, d’une relation ou d’une personne. Elle nous donne la possibilité de changer les choses, d’avancer.

Elle nous permet aussi de nous libérer de ce qui ne nous appartient pas et/ou qui nous fait du mal.

 

Comprendre et autoriser la tristesse

Si nous arrivons souvent à identifier l’évènement responsable de notre tristesse, il arrive parfois que celle-ci s’empare de nous sans aucune raison. Il est alors indispensable de chercher à la comprendre. Ce n’est qu’en identifiant l’origine de sa tristesse qu’il est possible de surmonter son chagrin et d’aller vers l’accomplissement personnel. C’est ainsi que certaines personnes doivent être coachées pour revisiter leur passé et délester certains souvenirs douloureux devenus trop lourds à porter.

Il est légitime d’être triste quand nous sommes privés de quelque chose ou quelqu’un, c’est une émotion naturelle. S’autoriser la tristesse n’est pas l’étaler aux yeux de tous mais se dire que nous avons le droit d’être triste. Elle est à l’échelle de la valeur donnée à ce dont nous sommes privés. C’est donc une valeur strictement personnelle.

 

Comment la tristesse peut nous aider à devenir plus fort ?

La tristesse n’est pas seulement synonyme de souffrance et chagrin, elle peut se révéler bénéfique. Elle nous oblige à sortir de notre zone de confort et ainsi à nous donner une véritable force. C’est souvent dans des instants tragiques que l’on ressent une force intérieure que l’on ne soupçonnait pas. Pour transformer cette émotion en quelque chose de positif, il est important de prendre soin de soi : aller boire un verre avec ses amis, aller au cinéma… nous faire plaisir !

La tristesse, à ne pas confondre avec dépression, est un état passager qui peut donner l’occasion de réfléchir. C’est un moment en tête-à-tête avec soi-même où nous pouvons nous poser les bonnes questions.

 

La tristesse permet de faire appel à la compassion. Elle permet également de se recentrer, s’interroger sur soi et éviter les situations qui la provoquent. Elle permet aussi de s’autoriser un certain lâcher prise, une acceptation de nos limites et des difficultés. Il est important d’exprimer sa tristesse et de la comprendre car si elle ne peut s’exprimer, elle risque de générer un mal être encore plus intense voire de l’agressivité, de la colère et de la frustration.