Praticien en relation d’aide : rôle et exigences du métier

Avant de décortiquer le métier de praticien en relation d’aide, il faut tout d’abord comprendre ce que c’est que la relation d’aide. Il s’agit d’une relation thérapeutique initiée par le psychologue américain Carl Rogers. Cette alliance thérapeutique consiste à accompagner toute personne en perte de repères et souffrant de dysfonctions physiques, émotionnelles ou mentales à redevenir acteur de sa vie. La relation d’aide s’appuie sur l’écoute active centrée sur la personne et le dialogue constructif. Cet acte professionnel met en relation un aidé et un aidant (le praticien en relation d’aide).

Le rôle d’un praticien en relation d’aide

Un praticien en relation d’aide est un professionnel certifié de la relation d’aide dont la mission consiste à accompagner une personne en situation de conflit ou de crise dans la résolution de son problème, qu’il s’agisse d’ordre physique, émotionnel ou mental. Il a reçu une formation à différents outils dans une approche multidisciplinaire centrée sur la personne.

En d’autres termes, son rôle s’étend à mobiliser les capacités et les ressources psycho-émotionnelles de la personne aidée afin qu’il reprenne confiance en lui-même, retrouver son équilibre intérieur et son autonomie avant d’atteindre par ses objectifs.

Via des outils spécifiques et performants de communication et d’éclaircissement, le praticien en relation d’aide permet à l’aidé d’explorer le fonctionnement de ses mécanismes psychiques, de mieux se connaître et de bien assimiler le sens de ses symptômes.

Ses domaines d’interventions

Cet entretien d’accompagnement individuel se déroule dans un cadre professionnel défini par le praticien et en accord avec le code de déontologie. Cette pratique peut également être réalisée en groupe, qu’on appelle “groupe de parole”.

Un praticien en relation d’aide peut ouvrir son propre cabinet en libéral pour accueillir et accompagner ses clients ou intervenir en entreprise (communication, management, gestion des conflits…). Il peut également intervenir pour le compte d’organisations sociales ou d’associations.

Il est ainsi en mesure d’accompagner ses clients dans :

  • L’apaisement des troubles psychologiques.
  • La transition professionnelle des collaborateurs.
  • La restauration de la confiance en soi.
  • La perte de poids.
  • La reconversion et Les changements professionnels.
  • L’arrêt du tabac et des addictions en général.

La résolution des conflits, …

De quoi a-t-on besoin pour devenir praticien en relation d’aide ?

Compétences requises

Le métier de praticien en relation d’aide est dédiée à toute personne motivée par l’accompagnement individuel et le contact humain et souhaitant s’orienter vers un métier de relation d’aide.

Un praticien en relation d’aide acquiert les techniques et les outils adéquats au métier au fur et à mesure de la formation à suivre.

L’âge et le niveau d’étude sont indifférents. Une jeune personne non diplômée par exemple peut se former à ce métier. L’expérience a tendance à affiner les pratiques et à développer davantage les domaines de compétences.

Sinon, voici quelques qualités appréciées pour le métier :

  • Faire preuve de discernement (collecte de données, …)
  • La capacité à raisonner, à se questionner.

L’aptitude de mesurer son engagement personnel auprès de la personne aidée.

Diplôme

Devenir un praticien en relation d’aide en France ne requiert pas un diplôme d’état. Toutefois, un certificat est requis pour ouvrir votre son propre cabinet et pouvoir souscrire une assurance professionnelle RC Pro (obligatoire).

De même, certains organismes comme l’URSSAF ou le RSI demandent de justifier d’un certificat de formation délivré de préférence par des établissements immatriculés aux ministères officiels (Education Nationale, Académie du rectorat…).

MHD Formation

Praticien en relation d’aide et Praticien en thérapie brève : quelles différences ?

Le praticien en relation d’aide et le praticien en thérapie brève sont deux métiers d’accompagnement  centré sur la personne.

Au cours d’une séance de thérapie brève, les objectifs sont atteints plus rapidement, en moins de dix séances en moyenne. On parvient ainsi à résoudre les problèmes du client rapidement et le mieux possible.

On compte trois formes de thérapie brève : la thérapie humaniste qui favorise le développement du client. Ce dernier comprendra par lui-même ce qui ne va pas et avancer vers du positif. La thérapie systémique agit sur le présent et accorde une grande attention au cognitif et à l’émotionnel. La thérapie comportementale, de son côté, est validée scientifiquement, avec pour objectif de remplacer le négatif par le positif.

Le praticien de la relation d’aide, de son côté, apporte tout son soutien et son accompagnement pour une personne en situation de crise et de souffrance via une approche multiréférentielle (systémique, accompagnement individuel et d’équipe, relation d’aide, communication ericksonienne, techniques cognitivo-comportementales). Cette méthode est valable notamment pour animer des groupes de parole.

Quelle formation suivre ? Peut-on obtenir une aide pour devenir praticien en relation d’aide ?

Dans le cadre de votre formation pour devenir professionnel de l’accompagnement centré sur la personne, MHD Formation met à votre disposition une formation de Praticien en relation d’aide, qui comprend 5 modules d’apprentissage.

Cette formation permet à l’apprenant de bien saisir les processus qui interviennent dans une relation d’accompagnement d’une personne, notamment lors d’un accompagnement en thérapie brève.

De même, l’objectif est de repérer les mécanismes automatiques mis en œuvre par le client menant au problème.

Chez MHD Formation, nous aborderons donc les différents aspects des mécanismes d’une relation d’aide en explorant différents cadre de référence (AT, PNL, etc…).

Cette formation peut être prise en charge par votre CPF (Compte Personnel de Formation). Vous n’avez qu’à remplir la demande de documentation pour obtenir les liens directs vers nos formations éligibles au CPF.